Pôle périscolaire

localité : Saint Jean de Védas (34)
calendrier : études 2015 - chantier 2016/2017
surfaces-coût : 237 m2 / 456 423 € HT
spécificités : structure mixte bois-béton
maitrise d’ouvrage : Commune
équipe :
AAUN - Ugo Nocera - architecte mandataire
BETM - Fabrice Agulhon, Jérôme Vigne - ingénierie structure, fluides, thermique et économie

Le groupe scolaire « Louise Michel » à Saint-Jean-Vedas n’arrivait plus à répondre à la demande croissante d’espaces pour les activités périscolaires. La commune a donc fait appelle à AAUN pour la construction d’un nouveau pôle qui puisse fonctionner en dehors des horaires scolaires. Il s’agissait de construire un petit bâtiment dans l’emprise foncière du groupe scolaire existant, à la place d’un jardin engazonné en pente.

Le projet a été élaboré en fonction du site proposé et autour de trois sujets : un accès facile et direct depuis l’école existante, une forte relation entre les intérieurs et les espaces extérieurs, une architecture simple qui n’offusque pas la vue des maisons voisines. Pour ce faire nous avons proposé un « carré » qui vient s’insérer dans la pente du jardin en se masquant légèrement. Sur les deux cotés aveugles sont positionnés les locaux de services et la salle de repos, sur les deux autres cotés, le bâtiment s’ouvre généreusement vers l’école et le jardin.

Cette dualité, fermeture-ouverture, a été soulignée par le système constructif mixte béton-bois. La coque extérieur en béton armé brut de décoffrage abrite la structure intérieure en bois. La façade sur le jardin est complètement vitrée grâce au mur-rideau en bois. Une pergola qui reprends le motif du carré et dessinée en continuité avec les poutres de la structure bois intérieure.

La pergola permet de protéger et qualifier un nouvel espace destiné aux activités en plein air contrôlées entre l’intérieur et l’extérieur. Une courette carrée est enfin dessinée où un olivier a été planté, le traitement paysager des abords rappelle la garrigue, qu’en remplaçant l’ancien gazon, permet de s’adapter au climat local et éviter l’arrosage intensif.

Le projet se veut comme une évocation de l’architecture domestique méditerranéenne à travers la cour plantée, la pergola, le toit terrasse et le plafond à caisson des deux grandes salles.

Retour